الارشيف / شؤون دولية

Cibles malveillantes ... Qui se cache derrière les mensonges que la BBC répand sur les Émirats arabes unis ?

 

La Turquie et le gouvernement d’entente national ont continué de répandre des mensonges et de les porter contre les Émirats arabes unis sur la crise libyenne, dont la dernière en date était la nouvelle de la BBC sur le meurtre de 26 étudiants non armés par drone à Tripoli en janvier 2020, sous des allégations selon lesquelles les Émirats arabes unis étaient responsables de cet incident.

 

Qui en était responsable ?
Le régime Hamdeen est impliqué dans cette affaire, en raison des relations étroites entre le Qatar, la BBC et les Frères musulmans.
Les observateurs ont déclaré que le soi-disant documentaire que la chaîne a récemment diffusé sur le rôle des Émirats arabes unis dans un massacre commis en Libye n'est rien de plus qu'une propagande politique ciblant les des Émirats et leur rôle qui appelle toujours à la paix en Libye, sans soutien tangible de la réalité ou la vérité, mais une fabrication claire, et comme la fabrication est très facile à l’époque des fausses nouvelles.
Les observateurs ont dénoncé la distraction de la BBC du rôle clair turco-qatari en Libye, envoyant des mercenaires syriens et d'autres, pour piller la Libye et massacrer son peuple, et même composer une histoire et coller des images d'une manière policière amusante.

 

Se distraire du blocus de la Turquie
Les observateurs ont souligné que ces mensonges ne sont rien d'autre que des fabrications visant à ignorer la chute retentissante du projet du président turc Recep Erdogan dans les avertissements de l'Union européenne à la Turquie de la possibilité de nouvelles sanctions, y compris des mesures économiques de grande envergure, à moins que des progrès ne soient réalisés pour réduire le niveau de tension avec la Grèce et Chypre en Méditerranée orientale.

L’Union européen a déclaré que les ministres des Affaires étrangères de l’Union réunis à Berlin "ont convenu qu'en l'absence de progrès de la part de la Turquie, nous pourrions mettre une liste de mesures supplémentaires" qui devraient être discutées lors d'un sommet à Bruxelles prévu le 24 septembre.

 

Mouvement de Tripoli
Les fabrications viennent également à la lumière de l'appel lancé par les militants libyens à l’ONU et au Conseil de sécurité pour qu'ils assument la responsabilité d'affronter et d'affronter ce qu'ils ont décrit comme des « catastrophes de violence et de corruption » pratiquées par le gouvernement d’entente dirigé par Fayez al-Sarraj et les milices qui soutiennent ce gouvernement inconstitutionnel.
Vendredi, le mouvement « Libyens », qui a participé aux manifestations dans la capitale, Tripoli, pour la sixième journée consécutive, contre le gouvernement d’al-Sarraj, a adressé vendredi une lettre au Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, l'appelant à affronter au niveau international les « pratiques désastreuses du gouvernement d’entente ».
Le mouvement « Libyens » est une organisation libyenne qui travaille au sein des organisations de la société civile et fait partie de ceux qui appellent à une énorme manifestation, le vendredi, contre le gouvernement d’al-Sarraj.
Dans son message, le mouvement a évoqué la responsabilité du gouvernement d’al-Sarraj dans la détérioration de la sécurité et des conditions de vie de millions de Libyens, « en pratiquant un état de pillage et de corruption systématiques, aggravé par l'utilisation d'une force excessive contre des manifestants pacifiques exigeant de meilleures conditions ».
Le mouvement a appelé à la nécessité de retirer la reconnaissance internationale du gouvernement d’entente national et d'empêcher sa représentation de la Libye dans les événements internationaux, en plus de la nécessité de soutenir la poursuite de son président, ses ministres et hauts fonctionnaires aux niveaux local et international.
Dans son message diffusé sur les réseaux sociaux, le mouvement a accusé l’ONU de ne pas avoir rempli son rôle de supervision et d'assistance au démantèlement des milices libyennes et à la collecte de leurs armes dans les 60 jours conformément à l'article 41 de l'accord politique signé par Martin Kobler, en sa qualité de représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU.
Le mouvement a évoqué la déclaration de la chef par intérim de la Mission d’appui des Nations Unies, Stéphanie Williams, publiée le 24 août, dans laquelle elle a appelé à une enquête approfondie sur l'usage excessif de la force par les loyalistes du gouvernement d’entente national contre les manifestants frustrés par les mauvaises conditions de vie, les coupures d'électricité et d'eau et la médiocrité des services gouvernementaux.
Le mouvement a ajouté dans sa note que la reconnaissance internationale du gouvernement d’entente national sans avoir aucune constitution libyenne ou aucune forme juridique de reconnaissance locale est une reconnaissance indirecte des milices que les Nations Unies étaient censées aider à les dissoudre et à collecter leurs armes avant la mi-février 2016.

قد تقرأ أيضا

قم بالبحث عن ما تريد